Vous cherchez quelque chose ?
C'est ici...

-------------------------------------------------

Pour apprendre comment
vivre et vieillir en bonne santé

A qui se fier ?
Comment départager le vrai du faux ?

Que savoir pour être en bonne santé ?

C'est simple ! Suivez la formation 
et trouvez des réponses simples à ces questions grâce à des tas d'astuces et des dizaines de recettes.

Regardez sa présentation ci-dessous ou commencez dès maintenant en réglant la somme unique de 39,00 $ (+/- 28,00 ).

Paiement sécurisé par PayPal

 

Pour vous souhaiter la bienvenue sur ce site, je vous offre cet e-book en cadeau.  Pour le recevoir, remplissez tout simplement le formulaire ci-dessous :

* champs obligatoires


Visitez mon blog
et découvrez mes dernières recettes maison !

Bernadette GILBERT,
votre coach alimentation gourmande
et cuisine santé

                                                          

Pour les mesures, notez que...

...dans chaque recette, la mesure des quantités est métrique (litres, grammes)
et, entre parenthèses, impériale
(T pour tasse, CT pour cuiller à table, c à t pour cuiller à thé).

______________________

Rendez-vous sur ma chaîne YOUTUBE !

_______________________
Menus et Recettes
Choisissez la version papier ou la forme électronique en cliquant sur le livre !
Jour après jour, découvrez des menus santé, équilibrés, variés et colorés et plus de 75 recettes.

--------------

 L'aventure du Kéfir de fruit

Grains de kéfirGrains de kéfir

Pour seulement 12 $*, offrez-vous une dose de démarrage ainsi que le mode d'emploi détaillé du kéfir de fruit et découvrez cette savoureuse boisson, petit trésor de bienfaits.

N'oubliez pas d'indiquer vos coordonnées postales lors de votre paiement !

Le prix comprend les taxes et  l'envoi.
_______________

--------------------------------
Si vous hésitez à passer à l'action, vivez des blocages ou avez juste des questions à poser vous concernant, interrogez Sylviane JUNG et son TAROT INTUITIF.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sucre
sans jamais oser le demander !
1ère partie

La force de la dépendance au sucre
est aussi puissante que la dépendance à l’héroïne.

seringuesMais, le sucre, qu’est-ce que c’est, au juste ?

C’est une poudre blanche parfaitement légale.
Consommée avec une très grande modération, dans un régime sain, elle ne peut faire de grands dégâts. Mais à raison de plusieurs kilos par habitant et par an, le sucre favorise de nombreuses maladies… et d’autant plus efficacement que sa consommation rend dépendant.

 

L’histoire du sucre ou le sucre dans l’Histoire

 

Chaîne - photo RacineurL’histoire du SUCRE des temps modernes Esclavagecommence mal.  En effet, en 1768 à la Sorbonne, on condamne et on brûle publiquement le livre de Claude Adrien Helvétius parce qu’il avait osé dire : « Il n’y a pas un tonneau de sucre qui arrive en Europe qui n’est tâché par le sang.  Lorsque l’on pense à la misère de ces esclaves, quiconque a un cœur devrait renoncer à ce produit et refuser la jouissance de ce qui est acheté au prix des larmes et le la mort d’innombrables créatures ». Tiens, comme l’Histoire se répète : cacao et travail des enfants, vêtements et ateliers clandestins, etc.

Ce sucre qui fait mal se retrouve dans les récits liés aux richesses colossales du nouveau et de l’ancien monde, richesses accumulées par les taxes sur le sucre.  Napoléon était un suceur de bonbons notoire, Freud, un accroc à la cocaïne et au sucre, Hitler, un consommateur compulsif de sucreries.   L’histoire du sucre est donc bien celle d’un monde qui, en l’espace de quelques siècles, a développé un goût obsédant pour un produit qui, jusque là, ne figurait dans aucun livre de recettes.

 

Mais de quoi parle-t-on, en fait, quand on parle de “sucre” ?

Signe du CaducéeEn médecine traditionnelle on désigne par le mot “sucre” le glucose nécessaire à nos cellules et on comprend malheureusement “sucre blanc” ou “sucrerie”, nécessaire pour faire le plein d’énergie…  Et pourtant, ce sucre-là est une catastrophe sur le plan nutritionnel, un tueur, ce que les fabricants et les agences de promotion du sucre ont tout intérêt à cacher tant le commerce de cette poudre blanche est lucratif, ce qui n’est pas sans rappeler le commerce de l’autre…

Canne à sucre - photo Drics67En Amérique du nord, une sucro-mania s’est installée : on en retrouve Betteraves sucrières - photo El Bibliomatapartout, dans les sauces, les pains, les jus de fruits, les plats préparés, les légumes en conserve et même dans la moutarde et la mayonnaise.  On nous présente kyrielles de produits sans gras, comme si les distributeurs de produits alimentaires étaient vraiment soucieux de notre santé, mais le sucre (qui va se transformer en graisse dans notre organisme) est omniprésent et incontournable.

 

Une lecture édifiante et éclairante

Le Docteur Roland Di Sabatino, diplômé de médecine générale est aussi licencié en médecine traditionnelle chinoise et pratique en homéopathie et en acupuncture.  Il est également titulaire des diplômes de botanique générale, d’hydrologie et de climatologie médicale.

Dans son livre, Le sucre, il rédige une étude inédite sur les maladies auto-immunes (diabète, cancer, sida) à la lumière de la médecine traditionnelle chinoise.  Un livre édifiant, exemplaire et très instructif dans lequel l’auteur démontre comment nous creusons notre tombe avec du sucre.

                   en France            au Québec

La toxicomanie au sucre serait-elle l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps ?
OUI !

Jetons un œil sur ce tableau : Sucre blanc et sucre complet

Souvent, on ignore que le sucre, s’il n’est pas raffiné, contient toute une série d’oligo-éléments très intéressants pour l’organisme.  Tout n’est donc pas à rejeter dans le sucre.  Mais, en comparaison avec ce qui reste dans le sucre blanc, on peut se demander pourquoi celui-ci a autant de succès, lui qui a un impact dramatique sur la santé…  Et ce fait est bien connu ou du moins clairement dénoncé depuis très longtemps déjà ! Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit pas conscient du fait que les sucres industriels (comme les farines, les huiles et autres produits raffinés) sont aussi dangereux pour la santé que l’alcool, le tabac et les drogues dures : ils créent une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

A voir et savoir les dégâts immenses que l’abus de sucre raffiné cause dans la santé des populations occidentales, on se doit d’admettre qu’il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court et que les responsables de la santé s’attaquent avec sérieux à la législation…

Même s’il est difficile d’éliminer totalement de son alimentation ces produits nocifs, chacun peut se protéger en consommant le plus possible d’aliments naturels complets, pour que le corps reçoive les vitamines et enzymes nécessaires pour métaboliser et éliminer les substances indésirables.  Parce que, fort heureusement, notre corps est équipé de mécanismes de dépollution très puissants qui fonctionnent de manière optimale pour autant que nous leur apportions les substances et les nutriments dont ils ont besoin.

Coca Cola - photo DeusXFloridaPar exemple et pour enfoncer encore le clou, sachez qu’un litre de coca-cola contient, outre l’équivalent de trois tasses de café, 22 morceaux de sucre raffiné…  C’est assez pour affirmer qu’un enfant nourri avec des produits sains risque beaucoup moins de consommer des drogues que celui qui s’alimente avec du « Junk Food » (mot américain qui signifie littéralement « nourriture-poubelle » et désigne l’alimentation industrielle moderne).  Même les dentistes reconnaissent que le sucre de canne complet fait bien moins de dégâts que le sucre blanc…

Des travaux ont montré la diminution de l’agressivité dans les prisons où l’on avait supprimé le sucre blanc…

 

Les sucres savent comment se cacher !

La-malbouffe_thumb_thumb

Le commerce du sucre, très lucratif et coté en bourse, connaît bien le fonctionnement de ce produit dans notre organisme et a su développer une foule de stratégies vicieuses et insidieuses pour cacher soigneusement la plus grande partie du sucre que nous consommons : desserts, pâtisseries, biscuits, glaces, boissons ou, comme je l’ai dit plus haut : conserves, plats cuisinés, sauces, moutarde, mayonnaise, etc.   Sa présence est aussi normale et acceptée que celle du glutamate dont nous avons vu les effets néfastes et programmés.   Et ce sucre répond aux doux noms de saccharose (qui fait partie des substances à calories vides, riches en calories, mais dénuées de vitamines, minéraux et oligo-éléments et qui a un effet déminéralisant à cause de sa consommation des minéraux de l’organisme pour son métabolisme), le maltose, le lactose, le lévulose ou fructose, le mannose et le xylose, les dextrines, le malt d’orge, les sirops de blé, de maïs, les faux sucres comme l’aspartam (plus toxique encore que le sucre raffiné puisque pouvant aboutir à une intoxication au méthanol, mortelle, ainsi qu’au lupus systémique, maladie auto-immune), le sorbitol, le Xylitol (dans les gommes à mâcher). Préférons-leur le nectar d’agave… à l’indice glycémique très bas et sans influence sur notre santé !

 

Des chiffres qui en disent long…

Doigt pointé à droiteEn 1840, chaque Français consommait en moyenne 2,4 kg (5,3 livres) de sucre par an et en 1974, cette quantité était de 40 kg (88 livres) /an.

En Angleterre, elle était de 2 kg (4,4 livres)  de sucre par an en 1700, en 1800 de 8 kg (17,65 livres), de 38 kg (83,7 livres) en 1900, de 54 kg (119 livres) en 1970.

Il y a 40 ans déjà !

De toute évidence, ces chiffres sont édifiants… et de nos jours, dans certains pays, cette consommation approche les 90 kg (198,5 livres). De plus, ces chiffres ne prennent pas en considération la consommation supplémentaire de miel, mélasse, sirop d’érable, sirop de maïs, etcMasque africain

Inukshuk

Au Canada, entre 1959 et 1967 (en 8 ans !), les Esquimaux ont augmenté leur consommation de sucre de 11,8 kg (26 livres) à 47,3 kg (104 livres) par an.

 

En Afrique du Sud, entre 1953 et 1964 (en 11 ans !), les Zoulous ont augmenté leur consommation de sucre de 3 kg (6,6 livres) à 27 kg (59,5 livres) par an.

 

Pourquoi cette terrible augmentation ?

                                      dessin éléphant En fait, il faut savoir que le glucose (et non pas le sucre en tant que tel) est le carburant qui permet à nos cellules de produire de l’énergie.  Les muscles et le cerveau, notamment, consomment beaucoup de glucose.  Sans sa dose de glucose, le cerveau est tout simplement en danger mortel !

D’où vient le glucose ? Des glucides que nous ingérons.  Ces glucides, qui devraient constituer 55 à 60 % de notre ration quotidienne, sont les principaux constituants des aliments suivants : légumes, algues (de mer et d’eau douce), fruits, céréales complètes (riz non poli, blé complet, etc.), et légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches, haricots…).  Notre organisme n’a pas besoin d’autres glucides ni d’autres « sucres » que de ceux-là.  Retenons bien cet élément : nous n’avons pas besoin d’autres sucres que ceux-là !

Poteau électrique - photo Nicholas SmaleLe glucose est la source d’énergie immédiatement disponible pour le cerveau et le système nerveux central.  Le cerveau a donc constamment besoin de glucose.  Si sa réserve diminue, il envoie un message aux glandes surrénales pour qu’elles sécrètent l’adrénaline.  Elles “intiment” au foie de transformer les glucides en glucose qu’il libère dans le flux sanguin.  Si ce mécanisme est dysfonctionnel, le cerveau n’est plus capable de marcher normalement.   En l’absence d’un signal approprié provenant des glandes surrénales, le foie peut ne pas libérer suffisamment de glucose lorsque le taux de celui-ci dans le sang est faible.  Du coup, l’hypoglycémie peut survenir parce que le foie ne peut stocker les glucides de façon appropriée ou parce qu’il ne peut les convertir en glucose.

 

A quels signes reconnaît-on l’hypoglycémie ?

Des épisodes d’hypoglycémie peuvent imiter presque chaque désordre neurologique ou psychiatrique : convulsions, troubles visuels, endormissement, négativisme, changement de personnalité, irritabilité, comportement maniaque…  Si vous ressentez l’un ou l’autre de ces symptômes, n’appelez pas tout de suite votre psychiatre ou votre thérapeute.  Il s’agit peut-être simplement d’une crise d’hypoglycémie ! Voici d’ailleurs quelques-uns des symptômes ressentis par ceux dont le niveau de sucre sanguin ne reste pas dans des limites acceptables par l’organisme :Hypoglycémie

  • fatigue, surtout ressentie en milieu de matinée ou au milieu de l’après-midi
  • troubles gastro-intestinaux
  • faim ou soif excessive, compulsion de sucreries
  • tremblements, palpitations, maux de tête
  • manque de concentration, anxiété, sentiment de peur
  • comportement antisocial, crise de larmes, hystérie, dépression
  • allergies
  • crampes dans les jambes, transpiration, extrémités froides, etc.

Et ce n’est pas tout : l’hypoglycémie a des effets sur toutes les fonctions de l’organisme et les effets énumérés ci-dessus peuvent être ressentis à des niveaux d’hypoglycémie relativement modestes.  Solution ? Contrôler l’indice glycémique de notre alimentation.

 

Qu’est-ce que l’indice glycémique ?

La seconde partie de cet article :

  • vous expliquera en détail ce qu’est l’indice glycémique et comment le réduire;
  • vous donnera aussi quelques indications concernant l’équilibre alimentaire en termes de glycémie;
  • vous aidera à en savoir un peu plus sur les maladies directement liées à la surconsommation de sucre
    et comment notre alimentation peut pallier ces maladies en tout ou en partie.
  • fera le point avec vous des pourquoi plus biologiques de nos consommations effrénées de sucre… (mon autre lecture !)

 

En voici le lien

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?